Accompagnants des Elèves

Les AESH/AVS (auxiliaire-assistants de vie scolaire) sont indispensables à la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire.

Parallèlement, la question de la professionnalisation des AVS  s’est posée dès les premiers temps! Les syndicats ont régulièrement soutenu que  seule la création d’un métier statutaire, permettrait de répondre aux problématiques posées par l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Depuis peu, ces accompagnants ont vu leur situation évoluer avec le passage du CDD à un CDI de droit public et un suivi de leur carrière mais certaines revendications demeurent.

Vous lisez Social Accompagnants des Elèves

Sur le chemin de l’école pour tous

Depuis plus d’un an, exit les « AVS » ou assistants appelés encore auxiliaires de vie scolaire. Le décret du 27 juin 2014 (JO du 29 juin) les a remplacés en créant les accompagnants des élèves en situation de  handicap (AESH). Les AESH bénéficient dorénavant d’un contrat à durée indéterminé (CDI), à temps complet ou à temps partiel. Ils sont désormais des assistants ou accompagnants pour élèves en situation de handicap. Ces termes  caractérisent les fonctions de personnels recrutés sur des contrats divers (contrats d’assistants d’éducation AED ou contrats aidés) pour aider à l’inclusion scolaire de jeunes en situation de handicap.

Pour mieux cerner le métier d’AESH, nous avons rencontré Jonathan Sibert, en poste depuis deux ans au collège Saint John Perse de Grand Camp aux Abymes.

AESH un métier d’avenir dans le secteur socio éducatif.

C’est en rencontrant Jonathan Sibert que nous avons compris l’intérêt et l’importance du métier d’accompagnant d’élèves en situation de handicap. Lui aussi, il y a six ans, ne savait pas grand chose de ce métier. Avec un BTS tourisme en poche, Jonathan était loin de s’imager être aujourd’hui l’un des maillons forts de la politique de scolarisation d’élèves présentant un handicap. Au collège Saint John Perse, il accompagne deux élèves.

Une présence quotidienne en cours, vingt et une heures hebdomadaire précisément, aux cotés de ces élèves qui ont besoin d’une aide adaptée à leur particularité invalidante. Après 6 ans consécutifs de pratique et des expériences dans divers établissements scolaires allant  de la maternelle au collège, le jeune AESH ne regrette pas d’avoir tourné le dos au tourisme. Aujourd’hui, c’est donc une vraie carrière qui s’ouvre devant lui avec  la mise en œuvre du décret du 27 juin 2014 permettant la «cédéisation» des agents qui accompagnent les élèves en situation de handicap, autrement dit l’obligation de leur proposer un CDI au delà de six années  d’exercice. Une nouvelle donne, mettant ainsi fin, à une aberration qui contraignait ces assistants d’éducation appelés auxiliaire de vie scolaire(AVS), à  cesser leur activité au terme de leur contrat. Au fil du temps Jonathan mesure l’utilité de son boulot. Sans la présence des AESH, beaucoup d’enfants présentant un handicap n’auraient pas pu être scolarisés en milieu ordinaire. Et il y a encore du boulot, quand on sait qu’en Guadeloupe seuls 7% des handicapés reconnus sont scolarisés. Les enfants handicapés soumis à l’obligation mais non scolarisés se composent pour le plus grand nombre  d’enfants  placés en établissements spécialisés et bénéficiant d’un éducateur, le reste étant constitué d’enfants vivant avec leurs parents et pour l’essentiel en attente de solution.

Chiffres de 2013 (DIECCTE)

  • 7% des handicapés reconnus sont scolarisés (soit 895 personnes).
  • Pour les moins de 15 ans handicapés, le taux de scolarisation vaut 100%. Entre 15 et 24 ans, il tombe à 57,8% (399 élèves ou étudiants).
  • Ce taux est légèrement inférieur à celui de l’ensemble des 15-24 ans (65,2%).
  • Au niveau national, le taux de scolarisation des 15-24 ans handicapés n’est de 47,6%, alors que le taux de scolarisation des 15-24 ans est similaire (64,8%).
  • Parmi les 399 handicapés de 15-24 ans scolarisés, 35 « seulement » suivent des études en lycée, les autres au collège, en primaire, en maternelle ou en établissements adaptés ou spécialisés pour enfants handicapés.

 

L’AESH (accompagnement des élèves en situation de handicap) : un outil d’intégration sociale de  premier choix

La professionnalisation de l’AESH  est une vraie réponse aux attentes des parents d’élèves en situation de handicap. C’est la déclinaison immédiate de la loi, qui énonce, que “l’école doit garantir les conditions de l’égalité des droits et des chances, aux élèves handicapés quelque soit la nature de leur handicap, et permettre leur scolarisation en priorité dans  l’école la plus proche de leur domicile, en bénéficiant au besoin d’aménagements et accompagnements nécessaires”. Une entrée dans une nouvelle ère, avec un autre regard sur le handicap. Il ne s’agit plus de penser le handicap comme un manque, mais considérer la personne handicapée comme un être humain à part entière, dotée d’un droit légitime à la scolarisation.

Une démarche qui passe forcément par une prise en charge spécifique, permettant de prendre en compte les besoins particuliers de chaque élève présentant un handicap ou un trouble invalidant de la santé. Une nouvelle vision applicable pourquoi pas à toutes les autres formes de particularisme afin de favoriser l’intégration de tous. En améliorant les conditions d’accueil des élèves handicapés c’est au final toute l’école qui s’améliore, en se voyant enrichie dans ses objectifs et ses finalités, avec une cerise sur le gâteau : la possibilité de répondre aux interrogations des parents. C’est peut être le handicap et les professionnels comme Jonathan Sibert, qui permettront à l’école de remplir pleinement son rôle d’intégration sociale, et d’affirmer son caractère démocratique.

*En résumé on retiendra que :
Le dispositif AESH a pour mission essentielle d’assurer la mise en œuvre de l’accompagnement des élèves en situation de handicap par des Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap.
Le rôle du Dispositif AESH consiste donc à déterminer les besoins sur le territoire, à recruter le personnel nécessaire, à former les AESH, à affecter les AESH auprès des élèves, et enfin à réguler et gérer l’ensemble des situations impliquant le suivi des élèves en situation de handicap par des Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap.
Le Dispositif AESH s’inscrit dans le cadre de la circulaire n°2004-117 DU 15-7-2004 relative à l’organisation du service départemental des Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap.

Au plan national.
Le statut des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) est toujours au centre des préoccupations syndicales.  Le ministère de l’Éducation nationale a mis en place le métier d’accompagnant des élèves en situation de handicap sans intégrer ces personnels dans un corps existant et, selon la CGT, ils ne seront pas titulaires mais en contrat à durée déterminée ou indéterminée. Le syndicat revendique la titularisation de tous les salariés et la création d’un nouveau métier sous statut de la fonction publique d’État répondant aux missions d’AESH.