La Côte-sous-le-vent développe son sens de l’ESS avec l’association Alternative 119

Soutenir et aider efficacement les populations précaires de Basse-Terre, tel est le leitmotiv de l’association habissoise Alternative 119 !

Créée en février 2009 et réellement active depuis 2010, l’association Alternative 119 travaille au plus près des Guadeloupéens. Créatrice d’emplois et fer de lance de la précarité en Basse-Terre, l’association a rapidement su s’imposer comme un acteur social de premier ordre.

Vous lisez Des territoires et des hommes La Côte-sous-le-vent développe son sens de l’ESS avec l’association Alternative 119

Soutenir et aider efficacement les populations précaires de Basse-Terre, tel est le leitmotiv de l’association habissoise Alternative 119 !

Créée en février 2009 et réellement active depuis 2010, l’association Alternative 119 travaille au plus près des Guadeloupéens. Créatrice d’emplois et fer de lance de la précarité en Basse-Terre, l’association a rapidement su s’imposer comme un acteur social de premier ordre.

Une association engagée

Apportant son aide à quelques milliers de Guadeloupéens depuis sa création, son action couvre aujourd’hui un territoire vaste de huit communes (Vieux-Habitants, Baillif, Basse-Terre, Gourbeyre, Saint-Claude, Pointe Noire, Bouillante et Goyave). Face à la paupérisation massive d’une population qui hésite encore à demander de l’aide, l’association et ses bénévoles affrontent la précarité avec force de conviction. Mise en place pour informer, former et conseiller, Alternative 119 a pérennisé son statut en créant l’une des cinq épiceries solidaires de Guadeloupe.

Liliane Guillaume, présidente de l’association, dresse un constat social préoccupant : « Nous aidons des allocataires, chômeurs, enfants, étudiants. Nous relevons une part non négligeable de nouveaux aidés tels que des salariés (15%) ou des séniors. Cette part ne cesse d’augmenter ! ». Assistée par Kensye Placerda, conseillère en économie sociale et familiale, l’équipe étudie les demandes d’inscription des usagers et décide du bienfondé des requêtes. Un lourd travail d’évaluation comportant de grandes responsabilités humaines...

L’association a su devenir créatrice d’emplois. Elle emploie aujourd’hui trois personnes, dont deux en contrat d’avenir. Et si, selon sa présidente, « il est important de donner du social aux communes », le fait d’avoir créé et coordonné tout un système économique autour de son activité associative doit être mentionné et reconnu.

L’épicerie solidaire : un combat quotidien !

Située au 104, ruelle Jules Gaston Roger, à Vieux-Habitants, l’épicerie aide depuis le début de l’année 2015 pas moins de 312 foyers ! S’adaptant aux besoins grandissants d’une population vulnérable, la petite épicerie s’est rapidement transformée en un espace d’accueil aux activités variées. Aussi, en plus de ses rayons alimentaires, on peut y trouver des produits liés à l’hygiène et au nettoyage, ainsi qu’un espace dédié à la vente de vêtements.

Négociant avec les producteurs et agriculteurs locaux, Liliane Guillaume souffre de ne pouvoir alimenter régulièrement les stocks de son petit supermarché. Animatrice de toute une filière économique locale, l’association redouble d’effort pour continuer de s’approvisionner chez ses fournisseurs voisins.

Soutenue par le réseau A.N.D.E.S. (Association Nationale de Développement des Épiceries Solidaires), les collectivités et la banque alimentaire de Guadeloupe, l’épicerie solidaire estime que le niveau des subventions reste stable. Une générosité bien appréciable devant un constat alarmant : le nombre d’usagers ne cesse d’augmenter...

L’association doit pourtant lutter pour assurer sa survie. Elle doit en effet assumer des dépenses parallèles importantes (Loyers et charges, produits payés sans tarifs préférentiels, etc.). « Ces trois derniers mois, confie Liliane Guillaume, la situation était difficile et les usagers n’ont cessé d’augmenter. Cela nous oblige à beaucoup réfléchir pour trouver le moyen d’aider ces personnes ! »

L’épicerie solidaire de Vieux-Habitants n’a pourtant pas vocation à nourrir l’ensemble d’une famille, ni à assister ses membres. En revanche, l’activité de l’épicerie solidaire participe à la lutte contre les exclusions et à la structuration de relations avec les professionnels sociaux et médico-sociaux.

Des projets plein la tête...

Afin de diversifier ses compétences et assurer une intervention globale, Alternative 119 offre des aides à l’éducation budgétaire ainsi que des réunions thématiques sur des sujets liés à l’économie familiale, l’insertion ou la santé. Porteuse de projets, l’association s’investit dans des actions de solidarité variées en proposant des ateliers vannerie, ou encore des cours de cuisine. Privilégiant également l’inclusion sociale et professionnelle, l’association s’engage en faveur de l’insertion en organisant la journée “Jennès ba ko a’w bann“.

Pour être efficace et accessible, Alternative 119 a récemment dispensé à son personnel, bénévoles et partenaires extérieurs, une formation sur la langue des signes. Comme l’explique Liliane Guillaume, « les personnes sourdes ou malentendantes n’osent pas venir nous voir de peur de ne pas être comprises. En partenariat avec la DJSCS*, nous avons pu former nos membres. L’année prochaine, il est d’ailleurs prévu de renforcer cette formation. »

Pour l’heure, rendez-vous le 17 mai 2015, à Vieux-Habitants, lors de la manifestation intitulée “Rue de l’Artisanat“. Cette dernière proposera, au sein d’une rue entièrement consacrée à la journée, de valoriser l’activité artisanale Guadeloupéenne.

CONTACT :
Alternative 119,
104, ruelle Jules Gaston Roger, 97119 Vieux-Habitants
0590 99 87 36
Permanence ouverte du lundi au vendredi, 9h-16h.
Épicerie solidaire : Du mardi au vendredi, 9h-14h ; le lundi, 10h-12h.