Françoise Gace, 
une mère solidaire
 des parents

Aimer son prochain au point de lui dédier ses combats est un principe auquel Françoise Gace se consacre, avec force, depuis toujours.

Fondatrice de la Maison des Parents et de la Famille, à Bouillante, elle affronte avec compassion la souffrance des autres et insuffle dans les foyers sa bienveillance maternelle...

Vous lisez Portrait Françoise Gace, 
une mère solidaire
 des parents

« Mon premier métier, c’est d’être parent »



Sous son étoffe délicate et modeste, Françoise Gace abrite en son sein un amour infini. D’une humilité rare, cette femme engagée vit ses batailles avec intensité pour offrir, aux parents de la Côte-sous-le-Vent, une aide précieuse. Mère de famille comblée, elle a su prendre le temps d’élever ses enfants, une expérience unique qui a aiguisé sa conscience. C’est après avoir repris le chemin de l’école pour se former à la gestion de projet, qu’elle pose les fondations, en 2013, de sa Maison des Parents et de la Famille.



La maison du bonheur
 


Tour à tour, parent d’élèves puis présidente de la Fédération des Associations de Parents d’Élèves de la Guadeloupe (FAPEG), Françoise Gace n’a jamais cessé d’entretenir sa fibre associative, ce bel héritage paternel. Cumulant plus de trente années de militantisme, elle a su rapidement évaluer les souffrances et les besoins des familles. Ainsi est née sa maison, une structure salvatrice où l’on prône la communication bienveillante, le partage et l’écoute. Françoise et son équipe de 30 bénévoles, délivrent avec patience, respect et don de soi, les outils nécessaires pour déculpabiliser des parents tourmentés et faire avancer les comportements.
 


Une main tendue vers l’avenir
 


Dévouée cœur et âme à sa cause, elle dresse un premier bilan : « Il y a tant de choses à faire pour la jeunesse et nous devons, le plus tôt possible, lui tendre la main ! ». Pour briser le silence qui, bien trop souvent, berce la parentalité de douces illusions, cette mère-courage ouvre la voie aux débats. Bien plus encore, elle ancre son combat dans le paysage guadeloupéen en caressant l’espoir de pouvoir bientôt offrir à sa structure une permanence décente et créer des emplois pérennes. Pour l’heure, Françoise Gace, brodeuse d’avenir, continue de tisser la toile de son réseau avec un rêve en tête : « associer les parents pour que tous les enfants réussissent ».


Vinciane Fiorentini-Michel