La SCIC EPAULES : nouvel appui à la parentalité

Le réseau guadeloupéen des solidarités comprend un nouvel acteur.

Le 10 avril dernier, la Société coopérative d’intérêt collectif EPAULES (Elaboration de la parentalité autour du livre engagement solidaire) a été présentée à un public d’avance conquis.

Vous lisez Initiatives La SCIC EPAULES : nouvel appui à la parentalité

Bienvenue à la SCIC EPAULES. La création de cet outil du Conseil guadeloupéen de la parentalité a mis du temps à naître. Cinq bonnes années de réflexion, de démarches, de contournement des difficultés, de défis relevés pour enfin aboutir. Il faut dire que l’initiatrice en chef de cet ambitieux projet n’est pas du genre à se décourager rapidement. Car il s’agit de Christiane Gaspard-Méride.

La grande dame est déjà connue pour son engagement en faveur des femmes et des familles en général. Présidente de l’association FORCES (Fédération féminine d’organisation et de revalorisation culturelle économique et sociale), elle est de celles qui défendent les femmes. Ses nombreux combats, notamment en faveur de celles qui sont battues, attestent de la force de son engagement. Christiane Gaspard-Méride est aussi pilote du REAAP (réseau d’écoute, d’appui et d’accompagnement à la parentalité) de Guadeloupe.

« Elaborer la parentalité »

La voici donc à nouveau sur le terrain des solidarités en direction des familles. Dans un contexte de fragilisation de ces dernières, la SCIC EPAULES se donne pour objectif de fédérer l’ensemble des forces impliquées dans l’aide à la parentalité ; les associations bien sûr, mais aussi les collectivités, les entreprises et tout autre acteur. Pour les dirigeants de cette nouvelle société coopérative d’intérêt collectif, « il s’agit de repenser et élaborer la parentalité en Guadeloupe autour du libre engagement solidaire et concevoir des outils nouveaux ».

Le 10 avril dernier, les objectifs et le fonctionnement de ce nouvel organe de soutien à la parentalité ont donc été présentés. L’état préoccupant des familles guadeloupéennes n’est évidemment pas étranger à la création de la structure. Initiatrices du projet et invités n’ont pas manqué de s’alarmer devant le démantèlement de la cellule familiale. Et de considérer comme nécessaire d’unir toutes les forces pour répondre à ce fléau.

Ce nouveau réseau d’aide à la parentalité a du pain sur la planche. Les objectifs sont ambitieux mais clairement annoncés, notamment celui qui consiste à « repenser la parentalité et les moyens éducatifs en fonction des critères sociaux-culturels » locaux.

Cinq pôles pour EPAULES

Les promoteurs de la SCIC EPAULES font le pari que, si la famille va mieux, c’est la société toute entière qui s’en portera bien. D’où le souhait d’appréhender tout l’environnement social et culturel des familles. L’organisation en dit long sur le travail qu’ambitionne de réaliser la société coopérative d’intérêt collectif EPAULES. Un premier pôle se concentrera sur les relations intrafamiliales, un deuxième sur l’éducation, un autre sur la citoyenneté. Les pôles Condition de vie et Culture et Société prolongent l’organisation de la structure. Et pour en compléter l’architecture, une cellule de veille (dite culturelle) se consacrera aux travaux d’analyse, d’études et de recherches. Cette cellule est composée de l’Observatoire féminin, de l’Observatoire de la santé, de l’O.I.H (Observatoire des inadaptations et des handicaps). Sociologues, anthropologues, psychologues sont bien entendus de la partie.

EPAULES ouvre cependant les bras à toutes les bonnes volontés. La part sociale de la société s’élève à vingt euros, mais un associé, quelle que soit la hauteur de son engagement, ne dispose que d’une voix au sein de l’assemblée générale. D’ailleurs, voilà qui sied à un acteur de l’Economie sociale et solidaire.

La SCIC, statut inédit pour EPAULES
Avec la création d’EPAULES, la Guadeloupe compte sa première société coopérative d’intérêt collectif. L’on retiendra même qu’elle en est la pionnière en Outre-mer. Si, du fait de cette dénomination, le caractère d’utilité sociale de la SCIC EPAULES est évident, cette nouvelle société est aussi une société à responsabilité limitée (SARL). La SCIC a été instituée par la loi du 17 juillet 2001.
Pour aboutir à la création de cette société, la farouche volonté de sa présidente, Christiane Gaspard-Méride a rencontré le savoir-faire et le professionnalisme de Marie-Catherine Moueza, à la tête du Groupe Agenda Consulting. Une société commerciale donc, mais d’un intérêt collectif et d’un caractère d’utilité sociale. La famille de l’Economie sociale et solidaire compte donc un nouveau membre.