Pour une gestion plus optimale de la comptabilité d’une entreprise, l’expertise d’un commissaire aux comptes et d’un expert-comptable est indispensable. En temps normal, ces deux acteurs sont indissociables de la vie d’une entreprise digne de ce nom. Mais, il n’en demeure pas moins qu’au-delà de la complémentarité de leurs missions, plusieurs éléments les différencient. Découvrez dans cet article, tout ce qui différencie un expert-comptable d’un commissaire aux comptes.

Qu’est-ce qu’un expert-comptable ?

L’expert-comptable est spécialisé dans la tenue de la comptabilité d’une entreprise. Son rôle est de mettre à jour, d’effectuer les contrôles nécessaires, de surveiller et de procéder au redressement des comptes d’une société. L’établissement des bilans et des comptes de résultat de l’entreprise fait aussi partie de sa mission. Son expertise s’élargit également à d’autres entités juridiques avec lesquels, il n’a pas de contrat de travail comme des artisans, des agriculteurs, des établissements et autres.  L’expert-comptable apporte ses conseils au dirigeant dans le domaine de la gestion administrative de l’entreprise, de la gestion fiscale, sociale, juridique et de l’organisation en général.

Qu’est-ce qu’un commissaire aux comptes ?

Le commissaire aux comptes est un auditeur légal, car, il est chargé de contrôler la véracité des points comptables d’une entreprise et de réaliser un audit légal en suivant une procédure uniquement définie par la loi et en conformité avec les normes en vigueur. Sa mission est également de certifier les données financières de la société tant au niveau de l’état que de l’administration fiscale. En effet, il est obligatoire d’être inscrit à l’ordre des commissaires aux comptes avant de pouvoir exercer librement le métier.

Les différences entre un expert-comptable et un commissaire aux comptes

Plusieurs éléments différencient l’expert-comptable du commissaire aux comptes.

Différence en matière de missions

L’expert-comptable et le Commissaire aux Comptes interviennent dans différents domaines et ont des objectifs bien distincts parlant de leurs missions. Quand bien même leurs expertises peuvent paraître similaires, l’expert-comptable travaille sous contrat annuel renouvelable, pendant que le commissaire aux comptes dispose très souvent d’un mandat dont le délai n’excède pas 6 ans.

Les missions de l’expert-comptable se présentent comme suit :

  • Enregistrement des documents comptables
  • Réalisation des travaux de clôture des comptes annuels
  • Établissement des contrats de travail, des déclarations sociales et fiscales, des bulletins de paie
  • Établissement du bilan comptable

Le professionnel peut également accompagner le dirigeant dans la réalisation de son projet d’entreprise qui englobe, la recherche de financement, le choix de la forme juridique, l’établissement du business plan et bien d’autres domaines. Tout dépend de sa lettre de mission.

Les missions du commissaire aux comptes se résument comme suit :

  • Le contrôle et la certification des comptes annuels d’une entreprise
  • Réalisation d’un audit financier en tenant compte des lois en vigueur en la matière
  • S’assurer de la régularité et de la bonne foi de l’entreprise en ce qui concerne son bilan annuel

Le commissaire aux comptes à plusieurs autres prérogatives comme, donner son avis sur un document comptable, de procurer des attestations à des financeurs dans le cadre d’une recherche de fonds et même d’aviser le procureur lorsqu’il constate une fraude fiscale durant sa mission au sein d’une entreprise.

Obligation légale ou non de s’octroyer les services d’un expert-comptable et commissaire aux comptes

La loi n’oblige pas une entreprise à s’octroyer les services d’un expert-comptable. C’est plutôt une option très avantageuse et plus fiable pour la croissance d’une entreprise et une occasion de bénéficier de l’expertise du professionnel dans tous les domaines.

Par contre, la nomination d’un commissaire aux comptes est obligatoire lorsqu’il s’agit d’une SCA ET d’une SA.  Les sociétés comme la SAS, SARL, SCS et autres, le CAC est obligatoire en fonction du Bilan annuel, de l’effectif du personnel de la société et du chiffre d’affaires HT.

Différence en matière d’honoraire

Le montant des honoraires de l’expert-comptable est défini dans sa lettre de mission entre les parties, en fonction de ses prérogatives, du niveau de sa formation et de son degré de spécialisation. Cela peut être un forfait ou un tarif  défini en fonction du temps que le professionnel a effectué sur un dossier.

Quant au CAC, il est payé en fonction d’un barème défini au préalable par la loi et qui dépend du nombre d’heures de travail effectué par ce dernier. Dans des cas exceptionnels, on peut faire fi du barème, mais en prenant soin de faire une demande à l’endroit de la compagnie régionale de CAC à laquelle il appartient.

Les News d'Outres Mers

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here