La Covid-19 a engendré des bouleversements dans le monde entier. Même si certains pays sont plus affectés que d’autres, la majorité ont dû faire face à cette pandémie de leurs propres moyens. Concernant la France, de nombreuses stratégies ont été adoptées depuis le début de la crise sanitaire pour maintenir l’économie. Bon nombre de ces mesures Covid-19 affectent particulièrement, et directement, les entreprises au sein des collectivités et départements d’outre-mer. Comment sont-elles impactées par cette crise ? Cet article vous donnera des informations sur la situation sur ces territoires et les objectifs du plan de relance en outre-mer mis en place pour les aider.

Quelle est la situation en Outre-mer ?

Les outremers français n’ont pas été épargnés par la crise sanitaire liée au covid-19. Pour Mayotte et Guyane, par exemple, l’état d’urgence sanitaire perdurera jusqu’à la fin du mois d’octobre 2020. Mais les impacts économiques du Covid-19 en Outre-mer se font ressentir dans tous les territoires comptant près de 3 millions d’habitants au total.

Pour rappel, en plus de Mayotte et Guyane, ces territoires français incluent la Martinique, la Nouvelle-Calédonie, Saint-Martin, la Guadeloupe, la Polynésie Française, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Réunion, les iles de Wallis-et-Futuna et enfin les Antarctiques Françaises ainsi que les Terres Australes.

À l’exception de la Guyane, tous ces territoires sont des îles et se situent dans les grands océans du globe : Pacifique, Indien et Atlantique. L’économie des territoires d’outre-mer s’appuie beaucoup sur le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration. Ces derniers sont pourtant les plus touchées par les effets de la pandémie et l’arrêt des voyages. Et en dehors de leurs petites activités internes, ils vivent surtout grâce aux relations économiques avec la France métropolitaine et autres pays extérieurs.

Quelles sont les difficultés actuelles ?

La décroissance économique inquiétante est le plus grand problème qu’ils affrontent actuellement. Le nouveau coronavirus force les frontières à se fermer, les avions ne quittent pas le sol et empêchent ainsi les principaux échanges économiques entre les autres pays. Le tourisme reste figé, laissant les lieux touristiques déserts. D’énormes quantités d’argent n’entrent plus dans les caisses de l’État, mais surtout des entreprises locales.

Plusieurs entreprises ultramarines œuvrant dans d’autres secteurs sont aussi menacées de faire faillite. Il s’agit d’une autre conséquence directe du confinement. Elles doivent limiter leurs activités, réduire au minimum le nombre des employés, ou encore interdire l’accueillir du public. À titre d’exemple, des entreprises dans le BTP ont dû arrêter d’innombrables chantiers afin de respecter les règles instaurées par le gouvernement.

Ces dispositions constituent un énorme frein au développement économique des entreprises, mais surtout à l’économie française en général. Face à cette dégringolade économique et pour revigorer le tissu entrepreneurial, un plan de relance en outre-mer a été mis en place par le gouvernement.

Quelles mesures vont être prises ?

Le gouvernement français affirme que la situation en outre-mer est difficile à gérer. Les réunions entre les autorités compétentes se multiplient et s’accordent que l’objectif principal est de rattraper le retard économique colossal engendré par la crise sanitaire. Il faut permettre une remise en jeu efficace des entreprises.

Ayant reçu une aide de 40 millions d’Euros de l’Union Européenne, le président Emmanuel Macron informe que cette somme servira à financer la relance économique, en particulier pour les régions ultramarines. Cette offre de l’UE accompagne le plan de relance de 100 millions d’Euros, un plan qui a déjà été envisagé pour redonner un souffle nouveau aux entreprises françaises, y compris dans les outre-mer.

Entre autre, le plan de relance en outre-mer prévoit de prolonger la mise en place des reports de paiements et des fonds de solidarité. Ces mesures ont été jugées efficaces tout au long de la crise sanitaire et ont soutenu les entreprises à garder la tête hors de l’eau. Aussi, le gouvernement veut redémarrer au plus vite les secteurs aériens pour que les relations avec l’extérieur reprennent le plus tôt possible, s’accompagnant d’un déconfinement progressif. Il s’agit là d’un grand soulagement pour de nombreuses entreprises, notamment celles liées au tourisme.

Parallèlement, l’État promet de privilégier les projets et investissement, surtout auprès des PME et TPE qui sont les plus efficaces et productives, notamment dans les domaines comme le BTP, l’informatique ou la culture. Les autorités encouragent les dirigeants d’entreprises et leur employés à communiquer et rester solidaire. Cela permettra d’atteindre les objectifs fixés dans le plan de relance en Outre-mer et redémarrer correctement l’économie.

Les News d'Outres Mers

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here